ALBUM PHOTOS SOUVENIRS  
divers

SOCHAMBERY FOOTBALL

AIX FOOTBALL CLUB

AVIRON

DIVERS

CLASSES SCOLAIRES

Rugby

Document donné par Nino Mendola

Année 1941 

En cette époque, à la plage d’Aix Les Bains il y avait une sorte de petit stade où les inspecteurs accompagnés de quelques autres personnes, faisaient passer les épreuves physiques du certificat d’Etude Primaire Elémentaire.

Sur cette photo de 1941, on trouve en partant de la gauche :

René Marin, Chambon directeur de Lafin et l’un des responsables de l’Armée secrète à Aix les Bains, Faucon instituteur puis directeur du Centre, Guillot de la société de construction électrique La Savoisienne, Combet instituteur au centre, Mme Prière directrice de l’Ecole du Centre, Kneipp alsacien arrivé à Aix suite à la guerre, Tissier, Grumeison (alsacien), Chrétien (Choudy), Rouyer résistant, arrêté et mort en déportation, Blanc instituteur au centre, Solletty inspecteur et Alfred Costaz (assis) devenu bibliothécaire municipal à la Villa des Fleurs d’Aix Les Bains ! 

Photo donnée par René Marin

       René Marin 

   Ce « multi-disciplines » a formé un grand nombre d’aixois et aixoises, tout en contribuant 
à la création de nombreuses activités sportives ou artistiques sur le sol de la Cité thermale !

 

  Né à Macon, René Marin découvre Aix Les Bains en 1924 suite à la nomination professionnelle de son père Claudius à la Société Générale.

 Une ville dont il tombe amoureux et cette passion ne le quittera plus à tel point  qu’il est pratiquement un cas unique dans la profession à avoir fait toute sa carrière dans la même ville !

     Dans les années 40 à l’époque où il débute, il n’y a pas de jeunes instituteurs à Aix Les Bains. Aussi au retour d’un stage d’éducation Générale et Sportive à Hyères, l’Inspecteur de l’Education Nationale lui demande de s’occuper de l’éducation physique dans les écoles d’Aix les Bains. Il débute sa carrière d’enseignant en 1941 comme adjoint à l’école du Centre, en remplacement de Louis Bois parti à la retraite au CM1. Après 17 ans comme adjoint de l’Ecole du Centre, il rejoint l’Ecole de la Liberté dont il devient Directeur et où il se fera remarquer par son esprit novateur dans différents domaines. Il prend sa retraite en 1977  après un dernier poste comme Directeur de l’Ecole du Centre à 17 classes! Parallèlement à son activité professionnelle où il assume entre autres des actions administratives, pédagogiques, sociales, René Marin va réaliser un travail énorme de bénévolat en s’intéressant à des volets de l’éducation qui à l’époque, n’avaient jamais été vraiment explorés dans l’éducation.     

Sportif dans l’âme, il sera licencié au basket, à la boule, aux enfants du Revard, tout en s’adonnant également à certains sports collectifs. Sa boulimie de travail va le conduire à mettre sur pieds des fêtes artistiques et sportives à fort retentissement, à créer différentes écoles de sports pour les jeunes comme celles du rugby avec le docteur Louis Prallet, de la Boule Populaire avec Paul Viviand et le « Papa » Fourt, du basket à l’Ecole de la Liberté, de la mise sur pieds des Fêtes de la Jeunesse, à organiser les triathlons et  des tournois avec Jacqueline Chanterau et il crée le Foyer d’Education Populaire de la Liberté (FJEP) avec l’aide de ses amis Georges Bonnel et Fernand Petithory.                                                             Cet insatiable « multi- disciplines » va faire partager son goût à plusieurs générations de jeunes ce qui bien évidemment à laisser quelques souvenirs impérissables dans la tête de certains de ces chérubins !             

Dans les années 50, Louis Le Niger principal du Lycée Bernascon, emmène les élèves des classes terminales passer quelques jours de vacances à l’Océan dans des structures minimales. Quand Mr et Mme Le Niger décident de passer la main, Johannès Pallière et René Dreyer sous directeur à La Savoisienne, proposent ce poste à René et à sa femme Laurence. Le défi est relevé puis réussi avec la transformation du camp en une colonie de vacances : la colonie de vacances des Ajoncs. « Nous avons lancé la colonie de St Palais puis plus tard la Ville s’en ait intéressé au point de l’acheter. » Elle sera revendue dans les années 2000. Pendant 14 ans avec sa femme, René dirige des colonies de vacances aux Garins (Le Châtelard), à St Palais  et des camps d’adolescents pour les œuvres sociales de l’EDF. Un travail énorme qui fut à maintes fois souligné et reconnu.

 A l’aube de fêter ses 88 printemps, il était intéressant de se rafraîchir la mémoire au sujet d’un homme qui cumula aussi les activités journalistiques au Dauphiné Libéré de 1946 à 1988, à l’Equipe et au Midi Olympique, se faisant récompenser au passage avec la médaille d’Or de la Jeunesse et des Sports, la Médaille d’Argent des Instituteurs, la Médaille d’Or de la Ville, la Médaille d’Or des donneurs de sang, la Médaille de l’UFOLEP et de l’USEP, et il est nommé Officier dans l’ordre des Palmes Académiques.    

Un rappel sympathique d’un homme que nombre d’Aixois et d’Aixoises ont connu ou côtoyé à un moment de leur vie locale, et dont il reste l’une des « mémoires » de l’histoire de la cité thermale.  

Photo : René et sa femme Laurence avec Antoine l’un de leurs arrières petits enfants dans leur villa Chemin de Corsuet à …………..Aix Les bains.

ESCALE et PYRAMIDE 

 Bien connu des aixois et aixoises, le dynamique René Marin instituteur mais aussi correspondant de presse au Dauphiné Libéré durant de nombreuses années, n’hésitait pas à relever des défis. 

 Alors instituteur à l’école de la Liberté, en 1960 il monte avec ses élèves de CM1 un ballet dont les protagonistes de l’époque se souviennent encore : L’ESCALE. Ce ballet sera joué à l’Eden, la salle de spectacle de l’époque (maintenant un immeuble). La préparation avait durée environ 1 an. En plus les garçons avaient eu droit à un exercice de gymnastique : la pyramide ! 

  Parmi les jeunes de l’époque on peut reconnaître : Gilles Dyen, Alain Novel, Christian Stéfanini, Michel Pasquero, Philippe Sache, Canova, Bonnel, Grappin, ainsi que mesdemoiselles Lucette Catin, Arlette Seymat, Françoise Caldérini, Nadine Carret ! 

  Il manque quelques noms et prénoms. Ceux qui se reconnaissent peuvent nous contacter pour que l’on puisse compléter les noms !

René Marin m’a aimablement prêté l’original de cette chorégraphie.

Documents originaux transmis par René Marin

              En ce mois de novembre 1993, le stade municipal chambérien abritait une superbe soirée de football. Organisée par François Vuillermet et Jean Pierre Cortéggiani, l’équipe du Variété Club avec ce soir là Michel Platini et Yannick Noah invités de dernière minute, étaient sur la pelouse chambérienne.

En lever de rideau et à l’initiative de François Vuillermet directeur départemental des Sports au Dauphiné Libéré, l’équipe du Dauphiné Libéré se mesurait à une équipe d’élus et de personnalités savoyardes.

 
Photo transmise par François Vuillermet

Ce soir là, l’équipe du DL était composée de :

Debout :

Lambert,  Vuillermet,  Dufournet,  ??,   Ronco,  Clerc,  Casanova,  Dupont,  Bourgeois

Accroupis :

Baron,  ??,  Stéfanini,  Gabai,  Mogore,  Angélica,  Dacret ,  ??,  Perret  

Anciens de la Savoisienne  1981

Photos transmises par André Robert.   

    
 

       

Le « grand » danseur Serge Lifar était à Aix les Bains en 1954 à l’occasion du Festival International de la danse!  

Le ballet de l’Opéra National de Paris a rendu hommage dernièrement à Serge Lifar en cette année 2006 où l’on commémore le 20ème anniversaire de sa disparition.

Danseur brillant, chorégraphe et maître de ballet, Serge Lifar marqua profondément les destinées du ballet de l’Opéra de Paris entre 1929 et 1958.

C’est avec ce ballet qu’il vint en 1954 à Aix Les Bains où le Festival International de la Danse venait d’être créé.  « Ce Festival a duré 4 ans. C’était quelque chose

de sensationnel et reconnu pour qu’un  danseur de renommée mondiale comme Lifar se déplace à Aix Les Bains. » , précise le journaliste Jean Nonglaton qui a connu cette belle époque. 

Serge Lifar découvrait Aix Les Bains à l’occasion de ce festival  :  « Pour créer un « climat», celui d’Aix Les Bains semble particulièrement bien choisi. Quelle opposition, quel contraste avec les cadres étonnants, énormes presque écrasants d’Arles et d’orange ce décor naturel de titans où nous nous sommes déjà produits. Là bas dans la nature tout semblait impérieux et dynamique :ici le cadre est calme et reposant, d’une douceur propice à la bonne entente à l’abandon à la rêverie. Un décor d’ « adago » voudrait on dire où la danse ne peut que s’épanouir poétiquement. »

Le spectacle dédié à l’héritage vivant de Serge Lifar par l’Opéra de Paris comporte les chorégraphies ciselées de « Suite en blanc », « Mirages » auxquelles s’ajoute « L’Envol d’Icare » écho contemporain au mythe d’Icare, une création une création imaginée par Thierry Malandain le directeur du ballet Biarritz.  

Photo : Serge Lifar dans les coulisses du Théâtre de Verdure, à l’issue d’une représentation de « Giselle ». (photo et texte de Jean Nonglaton)

Concours Ski Club Savoisienne 

Il y a de cela « quelques années » chaque saison hivernale les membres du bureau du Ski Club organisait un concours réservé aux membres du Ski Club Savoisienne présidé déjà à l’époque par Claude Malgrand.

Le concours de la saison 1976-77 s’était déroulé en présence du directeur de l’établissement de l’époque Mr Arlhac !

Section Football Alsthom - Savoisienne

En 1976-1977, le club de footall de l’usine participait avec un succès certain aux différentes épreuves sur le bassin aixois et chambérien avec des équipes comme celles des Hopitaux, des Thermes, de la SAT entre autres, mais aussi en Rhône Alpes. Chaque année avait lieu également un tournoi à sept à l’hippodromme avec plusieurs équipes de l’atelier, du centre de formation et une voir deux équipes des bureaux !

Il est vrai qu’à l’époque l’établissement comptait plus de 1000 employés !

1ere Opérette d’Aix Les Bains 

  Le journaliste Jean Nonglaton nous a transmis un papier de l’Essor de juillet 1989 qui annonçait la 1ére opérette aixoise prélude à un festival qui connaît toujours un très grand succès populaire.  

        En prenant connaissance des personnes présentent à l’époque, on remarque que 17 ans après certaines sont toujours actives au sein de la vie associative aixoise ! 

 

Cet article émane de l’hebdomadaire Le Vert 73 hebdo du 7 juin 1996 de l’ami Guy Toulorge. Sur cette photo on retrouve quelques noms bien connus sur Aix Les Bains et les environs comme Arlette Seymat, Françoise Caldérini, Nadine Carret, Gilles Dyen, Christian Stéfanini, Philippe Sache, Michel Pasquero et ???

 Ceux et celles qui se reconnaissent peuvent nous envoyer les noms sur l’adresse mail du site pour compléter cette ancienne photo. Et ceux et celles qui ont des vieilles photos comme celles ci d’Aix ou des environs immédiats peuvent nous les envoyer avec votre référence et un maximum de noms. 

Accueil

un compteur pour votre site